Tout le monde sait que pendant l’assassinat de César, le fils de sa maîtresse, Brutus, était lui aussi de la partie. C’est même lui qui lui a administré le 23ème coup fatal. La légende veut que César, dans un dernier soupir, ait susurré “Tu quoque, mi fili” -“toi aussi, mon fils”- (la formule latine est célèbre, mais il l’aurait en fait dit en grec “καὶ σὺ τέκνον”)… et bien, cette légende serait fausse ! Elle serait une invention de l’historien Suétone, dans sa biographie Vie des douze Césars, publiée entre 119 et 122.

L’homme au masque de fer était un prisonnier qui aurait été incarcéré à la Bastille pendant près de 34 ans avec un masque de fer (ou de velours noir selon les sources). Personne ne connaissait son nom, ni le motif de son incarcération. Voltaire affirmait que si on l’avait caché à ce point toute sa vie, c’est qu’il devait ressembler étrangement à quelqu’un ; il pensait notamment à un éventuel frère jumeau de Louis XIV.

L’histoire veut qu’un paysan aurait récupéré une lettre écrite par l’homme au masque de fer (celui-ci l’aurait jeté du haut de sa cellule pour qu’on lui vienne en aide et qu’on connaisse son identité) ; le paysan la ramena à un proche du roi, qui lui aurait dit : « je suis fort aise que vous ne sachiez pas lire… »

Peu de gens savent qu’Hitchcock (bien que marié) était fou amoureux de Tippi Hedren, la “Melanie Daniels” des Oiseaux, et qu’il lui faisait sans arrêt des avances, qu’elle repoussa toujours. Un jour, elle repousse violemment une énième avance sexuelle. À partir de ce moment, Hitchcock devient fou de rage et menace l’actrice de baisser son salaire, de la ruiner, de briser la carrière qu’il lui avait créée.

Melanie Griffiths, sa fille, affirme des années plus tard : « J’ai toujours pensé que Hitchcock avait volé ma mère. Il était obsédé par elle et il a brisé sa carrière parce qu’elle ne voulait pas se laisser faire. Pour mes six ans, il m’a envoyé une boîte en forme de cercueil avec une poupée représentant ma mère telle qu’elle était dans Les Oiseaux. C’était un malade. »