Alex Goot – Problem (Ariana Grande cover)

ZZ Ward – Last Love Song

Ariana Grande – Problem

Ella Henderson – Ghost

Demi Lovato – Together 

Irma – Hear Me Out

Irma – Save Me

Guy Sebastian – Amnesia

Sarah Blaine – Never Get to Heaven

Lupe Fiasco & Guy Sebastian – Battle Scars

A Great Big World & Christina Aguilera – Say Something

 

En attendant de nouveaux articles très prochainement, voici ma playlist du moment ! Passez un bon dimanche ;)

* Last Days Of Summer, (ou Labor Day en VO, pourquoi n’ont-ils pas gardé ce titre en français, cela reste un mystère, c’est mieux de changer pour en prendre un 10 fois plus long et imprononçable ;)) de Jason Reitman, avec Kate Winslet et Josh Brolin.

L’histoire : Lors du dernier week-end de l’été, Frank, un détenu évadé, condamné pour meurtre, oblige Adèle et son fils Henry à le cacher chez eux. Très vite, la relation entre le ravisseur et la jeune femme prend une tournure inattendue. Pendant ces quatre jours, ils vont révéler de lourds secrets et réapprendre à aimer…

LAST-DAYS-OF-SUMMER
Ce film est une vraie merveille que je vous recommande vivement ! Je suis rarement touchée par des films, et là j’ai eu les larmes aux yeux plusieurs fois et je trouve qu’il tient en haleine (l’histoire est assez touchante à la base mais il y a aussi pas mal de suspense, on a envie d’en savoir plus et d’arriver à la fin). Le casting est parfait (de toute façon, avec Kate Winslet on ne risque pas grand chose ;)). J’ai vu qu’il était en fait l’adaptation d’un livre, Long Week-end de Joyce Maynard, que je vais m’empresser d’acheter et de le lire ! Je l’ai regardé une seconde fois avec mon B. et il l’a beaucoup aimé aussi (= c’est pas un film de gonzesses :D).

.

* Mon tshirt Maman Cool Emoi-émoi : je n’ai personnellement pas hésité quand j’ai fait ma commande ! C’est pas loin d’être ma hantise d’être un jour une mère poule et je pense être plutôt cool ;) (dans le sens « zen » hein, je ne cours pas aux urgences quand mon fils a un rhume ou quand il se fait une bosse par exemple ;)). La qualité est super, il est très confortable (assez extensible), je trouve qu’il taille un peu grand donc je conseillerai de prendre une taille en dessous de sa taille habituelle à moins de le vouloir très « loose ».

dsdsIMG_8410 IMG_8412

Je ne m’attendais pas du tout à recevoir un tote bag avec, donc doublement agréablement surprise ! Bon il est un peu froissé, mais c’est bien la preuve que je m’en sers ;)

 1545la

* Mes Faguo ! Comme je vous l’avais dit dans ma wishlist, elles me faisaient de l’œil depuis un moment donc quand je les ai vus sur Vente-privées, je n’ai pas hésité une seconde ! Elles taillent parfaitement bien et ce sont de véritables chaussons ! Les semelles sont rembourrées (le confort qui manquent terriblement aux Converse), on a l’impression de marcher sur des petits nuages :D Bref, elles sont parfaites ! Et j’en profite pour rappeler que Faguo est une marque responsable et respectueuse de l’environnement qui plante un arbre à chaque paire achetée et qui confie le stockage et les envois des chaussures à un centre permettant à des handicapés d’exercer des activités rémunérées et d’accéder à une vie sociale. Si ça vous intéresse, l’eshop est ici !

IMG_8906 IMG_8907 IMG_8911

* Le plus petit baiser jamais recensé, le dernier roman de Mathias Malzieu : comme d’habitude avec cet auteur, on est transporté dans un monde complètement dingue ! Je considère Malzieu comme un véritable poète, et ce dernier bouquin ne m’a pas déçue !

IMG_8126
« On descend parfois si loin sous terre que même l’idée du bonheur effraie. Les yeux du cœur s’habituent à l’obscurité et même la plus douce des lumières devient aveuglante. Je ne savais pas si j’étais capable d’affronter toutes ces peurs. Mais je sentais poindre en moi une nouvelle forme de désir. Nos électricités mêlées provoquaient un étrange cœur-circuit. Ce n’était pas le plus confortable des liens, mais il existait bel et bien. »

IMG_8128
« Avant l’aventure avec la fille invisible, j’avais perdu la guerre mondiale de l’amour. Je n’avais ni compris ni accepté ce qui m’était arrivé. Depuis, mon passé décomposé était bloqué dans mon présent, et les fantômes prenaient plus de place dans mes draps et mes bras que les êtres vivants. »
IMG_8130

* L’album Faces, d’Irma ! Je n’écoute/n’achète jamais d’album car je n’aime que 2 voire 3 chansons à chaque fois (à part pour Pink), je n’écoute que des chansons « isolées ». Cet album d’Irma est juste génial du début à la fin, je les aime TOUTES ! C’est assez rare pour le souligner, donc je vous le recommande vivement ! J’adore ce genre de musique à la fois fraîches et relaxantes.

img.php

.

* Vous connaissez sans doute l’article de la blogueuse « Jack Parker » qui a récemment été victime d’une agression dans le métro et qui a fait le tour de la blogo. Son article a suscité quelques réactions (masculines, forcément) se demandant où est le mal quand on tripote une nana en jupe (si elle est en jupe, c’est qu’elle est demandeuse, CQFD). Je suis tombée sur ce post de Marion Point qui répond à un de ces fameux commentaires (un certain Bastien en l’occurrence), et qui est très drôle malgré la gravité du truc et les inepties du mec en question. C’est ici !

Sans titre

Je vous souhaite une belle semaine ! Le prochain article sera le concours alors tenez-vous prêt(e)s ;)

Aujourd’hui est un jour un peu spécial pour moi, un jour auquel je repense avec tendresse, sans nostalgie. J’ai voulu un bébé dès 19 ans (j’ai évidemment attendu d’avoir une situation stable) et à 21 ans, le projet devenait réel. On allait mettre en route un bébé. Sauf que c’est parfois plus laborieux pour certaines personnes. Et je fais partie de ces personnes. C’est d’ailleurs « marrant » de voir que je parle au présent ; ces années douloureuses me laisseront une trace dans le cœur pour toujours, même si j’ai mon bébé maintenant. Trois années d’attente, de fausses couches, un traitement, l’envie de tout laisser tomber… et c’est quand j’ai décidé, à bout de souffle, de laisser tomber qu’un mois après, je tombais enceinte…

J’ai vécu une grossesse quasiment idéale. J’ai englouti des tonnes de livre sur la maternité, sur l’éducation, des livres de Dolto, j’avais prévu un petit projet de naissance pour une naissance sans violence. Sauf que mon bébé en a décidé autrement ! Je ne savais pas encore que nous allions subir l’opposé de ce projet de naissance. Il était en siège décomplété, et malgré l’acupuncture et une tentative de version, il n’a pas été possible de le retourner, son poids étant déjà trop élevé (il a toujours été d’un bon gabarit). Une gynéco que je n’avais jamais vu et que je ne reverrais jamais me programme une césarienne et choisit donc la date de naissance de mon fils comme elle prendrait rendez-vous chez le dentiste. L’avant-veille de cette césarienne, j’ai des contractions très douloureuses et rapprochées, je comprends que mon fils a sans doute voulu me faire un beau cadeau : choisir lui-même le jour de sa venue au monde… il naît le 6 février 2013 à 2h04, ma césarienne étant prévu pour le 7 février à 10h. Je tente de laisser de côté le fait que je vais subir une césa et que je ne voulais pas de ça ni pour mon fils, que moi qui voulais une naissance sans violence pour mon fils, j’allais l’entendre hurler de douleur pendant 10 minutes.

Je suis au bloc, allongée après la rachianesthésie, je suis angoissée, toujours déçue, cela fait 15 jours qu’on m’a annoncée ma césarienne mais je n’ai pas réussi à m’y faire. Mes larmes coulent dans l’indifférence du personnel médical, je panique, je ne sens plus mes jambes. On me répond : « vous préférez avoir mal ? ». J’entends un râle, on me montre la tête blonde (et toute ronde, typique des bébés en siège) de mon fils 3 secondes, je le trouve minuscule malgré ses 53 cm et 4kg. On l’emmène, il se met à pleurer. J’aimerais pouvoir le consoler de cette douleur immense, de son désarroi, mais je suis clouée sur la table et les premiers bras qu’il connaîtra ne seront pas les miens. Il a besoin d’aide pour respirer, je le vois se débattre avec tous ces tuyaux. Je sens qu’il veut qu’on le laisse tranquille, je m’en veux. On me dit qu’il a sans doute la jambe cassée, qu’il faut faire des radios. Je pleure, toujours dans l’indifférence. Il est de nouveau gêné pour respirer, donc on m’emmène pour que j’échappe au « spectacle ». On me l’amène quelques minutes plus tard, pas de jambe cassée, « juste » un hématome et tout le côté gauche du visage gonflé, la « faute » à son bon gabarit combiné à sa position de siège décomplété. Mon bébé est tout cabossé, il a déjà vécu tant de choses en quelques heures seulement, et pourtant c’est la plus belle chose que je n’ai jamais vu.

IMG_0573

Aujourd’hui, je me rends compte de tout le chemin parcouru, les déceptions sont loin, les trois premiers mois atroces entre reflux et coliques (et pédiatres incompétents) sont du passé, mon fils grandit vite et bien, est en bonne santé, être mère au foyer est un bonheur malgré le fait que ce ne soit pas tous les jours facile. Je me surprends aujourd’hui à aimer toutes ces cicatrices qui font de moi une nouvelle femme, une maman : ma cicatrice de césarienne, de perfusion sur le poignet, chacune de mes vergetures qui sont apparues du jour au lendemain après mon accouchement, comme pour me dire que désormais je porterai les traces d’une nouvelle vie.

Je ne peux toujours pas dire que sa naissance a été le plus beau jour de ma vie, comme c’est le cas pour le plupart des gens. Mais je me surprends à aimer tout, notre histoire, notre parcours, cette césarienne… et je ne peux m’empêcher d’y voir un lien avec le fait que mon fils est un petit dur à cuire, le genre de bébé qui tombe et se relève sans rien dire. J’ai longtemps regretté tout ça, mais aujourd’hui, je ne changerai pas une miette de mon parcours et du parcours de mon fils, parce que c’est son histoire, notre histoire, et qu’elle nous appartient.

 Aujourd’hui pour moi, ce n’est pas la fête des mères. Le 25 mai 2012, il y a 2 ans jour pour jour, ma grossesse commençait, sans que je ne le sache encore. Une aventure merveilleuse, pleine d’embuches, mais à la fois si parfaite…

IMG_8624